Forum du jeu de rôle en ligne Providenz

Le forum officiel pour les joueurs actifs ou les futurs joueurs du jeu de rôle en ligne: www.providenz.com - Venez rejoindre la communauté et contribuer au développement de votre univers !
 
Aller directement sur le jeuFAQConnexionAccueilPortailRechercherS'enregistrer

Partagez | 
 

 Regel : Le dieu de la loi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Kong
Kong


Messages : 673
Date d'inscription : 29/09/2013

06102015
MessageRegel : Le dieu de la loi

Par Hånflir, Historien du culte de Regel

Regel… Mon Dieu… Comment vous en parler, à part en disant qu’il s’agit du meilleur des Cultes ? Tout d’abord, il faut savoir qu’il s’agit de la religion la plus ancienne du continent. Enfin, peut être pas la plus ancienne, vu que le Culte de Tvang était là avant, mais l’Eglise de Regel est beaucoup plus honorable et civilisée.



Le culte de Regel est l’héritier de l’ancien Elu. Alors qu’Otton le fourbe (dit le Grand par ceux suivant Tvang), assassinait son père, c’est nous autre, de la sainte Eglise de Regel, qui eurent la lourde tâche d’assurer la stabilité de l’empire. Nous avons réussit dans cette tâche pendant quelques temps, chassant les assassins de l’ancien Elu, les condamnant pour leur affreux parricide. Nous pouvions, et avions le devoir de faire respecter la loi et l’ordre dans l’empire, car nous en sommes les dignes héritiers. Nous ne pouvions pas voir sombrer dans le chaos ce qui avait été bâtit à grand mal… Nous nous devions de protéger la veuve et l’orphelin, de faire respecter la Loi ! Hélas, cela entraîna une guerre contre les adeptes de Tvang. Après des décennies de combat, nous avons réussis à vaincre le Culte de Tvang, le repoussant sur les frontières de l’est, et imposant notre Foi à toutes les villes, Regel devenant ainsi le dieu le plus prié de l’Empire. Ce fut un véritable age d’or, les autels à la gloire de Regel fleurissaient, tandis que l’or coulait à flot, et que chacun mangeait à sa faim, sous la juste loi de Regel

Hélas, cela ne suffit pas à assurer la pérennité de l’empire. La Pax Regelia dura 200 ans. A cette date, sur toutes nos frontières, des troubles éclatèrent. Prétextant des lois trop dures, un impôt trop fort, la partie occidentale de l’empire fit scission, mené par les membres du Culte de Jartä. Nous aurions pu les réduire à néant, si des émeutes n’avaient pas éclatée dans la plupart de nos villes, et que les riches villes du centre et de l’est de l’empire n’avaient pas refusé de payer l’impôt, ne s’étaient pas déclarée « villes libres », et n’avaient pas envoyé des mercenaires combattre au coté de Jartä. Nous fûmes ainsi obligé d’accepter la scission de cet empire que nous avions eu tant de mal à préserver.

Nous avons appris à coexister avec les membres des autres Eglises, même si c’est sur nos terres que les paysans pouvaient vivre le plus en sécurité. L’impôt était certes lourd, mais il permettait au moins d’assurer une sécurité qu’aucun des autres cultes ne connaît, gangrenés comme ils le sont par la corruption et le crime. De plus, la paix extérieure était assurée, cela permettant de traquer les criminels et de les juger équitablement.

C’est alors que apparurent les « fils de la nature » comme ils se nomment eux-mêmes. Au début, simples bandits, ils sont très vites devenu une menace patente. Nous nous alliâmes avec les autres Cultes afin de les combattre, apprenant à apprécier l’argent de Mynt, les combattants de Tvang, les soins de Jartä, tous uni sous la même bannière. Nos dons d’organisation réussirent un instant à vaincre les fils de la nature, mais nous fûmes repoussé, au fur et à mesure. Les villes libres de Mynt furent prisent les unes après les autres, tandis que nous accordions l’asile aux réfugiés. Le premier royaume à tomber fut celui de Jartä. Nos villes et villages étant pillé et détruit les uns après les autres, nous avons décidé, sous l’impulsion du chef de l’ordre des historiens, de partir pour de nouvelles terres, mais jurant de revenir faire régner l’ordre et la justice sur notre continent.

C’est ainsi que nous embarquâmes pour l’Exil, emmenant avec nous les derniers survivants du culte de Mynt.
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» Dieu a dit:
» Khaine, Dieu du Meurtre sanglant et douloureux ...
» Parler avec Dieu
» Courrier Vinicole "Les Gouttes de Dieu"
» Un dieu du dessin : MARINI (Gipsy, Rapaces, Scorpion...)
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Regel : Le dieu de la loi :: Commentaires

Sectes et groupes
Message le Mar 6 Oct - 23:10 par Admin
Par Hånflir, Historien du culte de Regel


En parallèle existent divers groupes, chacun chargé d’une tache particulière dans le Culte de Regel


L’ordre des gardiens :Cet ordre est le plus discret de toute l’Eglise de Regel. Ordre principalement composé de théologien, il comporte aussi d’autres membres qui veillent à l’application des décrets. Cet ordre veille à l’orthodoxie du Culte, et au strict respect de la Loi. Il arrive qu’un membre de cet ordre reçoive les pleins pouvoir de Regel en personne pour aller appliquer une sentence, mais, la plupart du temps, ils ont aux ordres de magistrats et des théologiens, qui leurs donnent toutes sortes de tâches demandant des hommes de confiances.


L’ordre de Vegelson: Se réclamant des premiers combattants de l’ancien Elu, l’ordre de Vegelson regroupe les guerriers d’élite du Culte et gardes personnels des Viktigste. Chacun des membres de l’ordre de Vegelson est une véritable machine à tuer en solitaire, mais leur véritable force réside dans la cohésion qu’ils obtiennent en combat. Ils ont plus d’une fois fait pencher la balance lors des combats contre les barbares de Tvang, et est l’ordre qui a payé le plus lourd prix face au Culte de la nature.


L’ordre des magistrats : Les inquisiteurs traquent, les magistrats jugent. Ils sont censés connaître la loi, et juger en toute impartialité. Véritable administrateurs du Culte, ils sont aussi censés prélever l’impôt, et ont sous leurs ordres les gardes des villes. Les magistrats sont choisit parmi les membres les plus incorruptibles du Culte, et sont particulièrement surveillé par les inquisiteurs, eux-mêmes surveillé par l’Elu divin.


L’ordre des historiens : Selon Regel, l’Histoire est importante car elle permet de justifier la Loi. Aussi il n’est pas étonnant de voir que c’est dans son Culte que les historiens sont les plus nombreux, et qu’ils ont le plus d’influence. Ainsi, chaque membre du Culte de Regel apprend, depuis son enfance, l’Histoire de l’Eglise avec ses réussites, mais aussi ses échecs, car on peut apprendre de ses échecs. C’est un des seuls ordres qui a réussi à instaurer un endroit de liberté au sein du Culte. En effet, dans l’ordre des Historiens, l’on peut tout dire, à condition de ne pas le dire trop fort, et surtout, pas à proximité d’un inquisiteur.
Ecrits
Message le Mar 6 Oct - 23:11 par Admin
Récit d'une volonté extrémiste de Regel.

Mes amis, notre Saint Tribunal est tombé, ce que nous craignions est arrivé. Nous étions partis pour une mission de raid, laissant nos compagnons défendre notre Sainte Cité mais les ennemis de la Foi furent les plus puissants, leur fourberie a détruit nombre de nos bateaux et nous sommes aujourd’hui le dernier espoir de voir notre culte connaître un nouveau printemps en de nouvelles terres.

Nous n’oublierons pas ce qui fait notre gloire, le service toujours de la Justice, nous n’avons jamais failli, nous avons refusé toute compromission avec ceux qui ignoraient Regel. Otton, fils de l’Elu a cru que nous céderions face à ses menaces après son parricide mais nous avons tenu bon et il du fuir, couvert de honte, subissant défaite après défaite, humiliation après humiliation. Nous avions juré de protéger la veuve et l’orphelin et nous avons tenu parole face à la violence aveugle que déchaînaient nos ennemis au nom de leur Dieu injuste. Contre ces chiens, nous appliquions la loi, les condamnant pour leurs exactions et leur trahison contre l’Empire.

Mais ce n’était pas tout, nous avons été trahi par ceux avec qui nous avions vaincu. Nos compagnons de Järta et de Mynt nous ont abandonné. Alors que nous gouvernions ensemble pour redonner à l'Empire sa gloire et sa puissance, ils ont renoncé à cette alliance pour agir à leur guise en oubliant nos valeurs et nos idéaux de Justice. Le conseil de Järta a proclamé l'indépendance de toute la partie occidentale de l'Empire et les servants de Mynt ont déclaré leurs villes, « villes libres », refusant de payer l'impôt.

Nous étions désormais seuls pour résister aux menaces qui pesaient sur nous mais jamais nous n'avons renié Regel, notre désir de Justice fut toujours le plus fort. Nous étions fermes mais équitables dans nos jugements et il était dit que c'était sur les terres qui avaient prêté allégeance à notre Seigneur que les exactions étaient les moins nombreuses. Nous avons du mener diverses batailles pour amener devant nos tribunaux certains criminels, espions ou autres ennemis du culte et ce contre toutes les autres divinités car toutes sont des ennemis de Regel. Parfois l'un des cultes comprenait son intérêt à marcher à nos cotés mais ce fut loin d'être fréquent.
Jusqu'à ce que les sauvages qui se faisaient appeler « Fils de la Nature » n'apparaissent. Il s'agissait au début de hors-la-loi qui trouvaient refuge dans les forêts attaquant les marchands et les riches personnes qui traversaient leurs territoires. Lorsque nous avons décidé avec d'autres cultes de les éliminer, ils jetèrent sur nous les bêtes qu'ils dominaient. Nous avons du céder, autant à cause des divisions au sein de la civilisation que des défaites militaires. Mais c'est lorsqu'ils ont commencé à dominer certaines terres que nous avons compris qui ils étaient. Pour eux tout acte était justifiable s’il était le fruit de pulsions. Le viol, le meurtre, le vol n'était rien d'autre que l'expression d'instinct qu'il était antinaturel de brider.

Nous avons luté, unis les uns aux autres le plus souvent mais nous avons parfois été trahis par des raids sur nos terres pas les forces des autres cultes, particulièrement lorsque nous nous sommes retrouvés isolés les uns des autres et que les servants de Mynt dont les villes avaient été prises vinrent renforcer les différentes flottes. En réponse, nous avons aussi développé une flotte adaptée pour opérer par raids. C'est sur l'un de ces bateaux que nous sommes aujourd'hui.

Nous mènerons quelques raids pendant les prochains jours pour réapprovisionner bétail et céréales et emmener des villageois, puis nous nous laisserons porter par les vents et les courants vers la terre que nous donnera notre Seigneur. Arrivés là bas nous construirons une ville qui nous accueillera et nous offrira la possibilité de créer un monde où Regel régnera, éternellement.

Ainsi soit-il.
Discours
Message le Mar 6 Oct - 23:12 par Admin
Discours entendu et relaté par Efleis Gustavson.

« ... tous d'une volonté. Nous poursuivons la Loi, celle que la loi décrit, celle qui permet au peuple de progresser.
Nous ne devons pas juger la loi, nous ne devons pas définir celle-ci en fonction d'une morale ou d'un état d'esprit. Qu'elle soit bonne ou mauvaise, il faut l'appliquer. Car telle est l'essence de l'enseignement de Regel: c'est en respectant les directives, les us que le peuple peut grandir et s'épanouir.
Je vous le demande, qu'est ce qu'une ville sans loi? C'est l'anarchie, la primeur de l'individu sur la cohésion de groupe, l'intérêt sur la stabilité! L'intérêt individuel ne doit pas vaincre sur ce monde, et le garant d'une harmonie est la Loi!
Respectons la, ne la jugeons pas! »
Ancienne Citadelle
Message le Mar 6 Oct - 23:13 par Admin
Journal de compte retrouvé sur un marchand mort sur la route entre Lovtekst et Helsingfjord, détroussé probablement par des membres du culte de la nature.

Lovtekst est une capitale avant tout fonctionnelle. Ses immenses murailles font la fierté du Culte de Regel. Alors que l’on rentre, les gardes nous examinent d’un œil inquisiteur, et nous demandent de poser nos armes. En ville, se promener avec une arme est puni d’emprisonnement…
Nous passons donc par un bureau où l’on nous donne un numéro sur un parchemin, qui nous permettra de récupérer nos armes et nos montures après notre voyage en ville. Après quoi cet aimable fonctionnaire nous indique les auberges les plus accueillantes. Alors que nous voulons le remercier en lui donnant un pourboire, il refuse, nous regardant l’air ébahi… ici nul pourboire, car cela pourrait être assimilé à de la corruption, elle aussi punie d’emprisonnement.



La première chose qui nous frappe en rentrant dans la ville, c’est qu’il n’y aucune serrure aux portes des maisons. Ici nul ne semble craindre le voleur. Les gardes sont aimables et serviables, tant que l’on ne créer aucun trouble contre la sécurité. J’imagine sans peine que leurs armes bien lustrées pourraient venir à bout de n’importe quel maraud rentrant en ville. La ville est bien sécurisée, et c’est la première fois que j’ai pu me promener au marché avec la bourse bien en vue, sans crainte de me la faire voler.

Nous avons un peu de temps avant notre rendez vous d’affaire, j’en profite donc pour visiter. La ville est organisée sur trois niveaux, avec entre chacun, une muraille, avant de finir sur une énorme citadelle.

Le premier niveau est réservé aux habitations, il est le plus grand, car la ville de Lovtekst est une des plus anciennes du continent, et la plus peuplée. Elle servait de capitale déjà du temps de l’ancien Elu.
Le second niveau est réservé aux commerces. Ici chaque marchand paie une taxe pour s’installer, mais une fois la taxe payée, il n’a plus rien à craindre des filous et autres vandales du Culte d’Hemlich. Ces marchands font la prospérité de la ville, comme dans toutes les villes que j’ai visitées d’ailleurs… nous sommes indispensable, comme je l’ai souvent dit.
Enfin, situé sur le sommet de la colline, la citadelle et le tribunal. Jamais, au grand jamais je n’ai vu un tribunal d’une telle ampleur. Ici chacun, pauvre ou riche, peut y faire entendre sa voie pour n’importe quel grief. Ici les jugements sont rendus équitablement sous l’œil averti de la statue de Regel. Ici nul n’est mécontent du jugement. C’est une foule de magistrat, de juge, de bourreau, mais aussi des personnes avec des fonctions étranges, des « avocats » chargé de défendre ceux qui ne savent pas s’exprimer devant de telles assemblées. Car ici, nul n’est coupable avant d’être jugé, contrairement au reste de l’empire. L’heure de mon rendez vous arrive.

Je repart donc, après un dernier regard à l’immense citadelle, qui protège la ville de toute invasion.
Forces et faiblesses
Message le Mar 6 Oct - 23:14 par Admin
Par Hånflir, Historien du culte de Regel

Je dédie cette partie à monsieur l’inquisiteur, qui a tenu à me tenir compagnie dans la bibliothèque où j’écris.

Des faiblesses ? Bah, notre sainte, glorieuse, pieuse, miséricordieuse, valeureuse Eglise n’a pas de faiblesses. Peut être quelques-unes, comme une hiérarchie très stricte, une certaine tendance à la monomanie, ainsi qu’à l’imposition de certaines lois, et quelquefois des jugements durs. Mais qu’est-ce comparée à toutes les forces dont elle peut se targuer ?

Ainsi, illustre descendant de l’empire de l’ancien Elu, il a réussi à faire appliquer sa loi pendant des centaines d’année dans presque toutes les régions du continent. Juste avant l’exil, encore, c’est sa loi qui s’appliquait dans la plupart des grandes villes et petit village, quelque fut leurs origines ou le dieu prié. D’autre part, l’ordre permet une prise de décision rapide. Chacun a un supérieur à qui il obéit sans discuter, enfin en pouvant discuter, mais après avoir exécuté l’ordre. Certes, avec l’exil, cet ordre a été quelque peu bouleversé, mais je ne doute pas que nous retrouverons très vite une saine hiérarchie.


Cet ordre permet en outre une organisation que les autres Cultes ne connaissent pas. Si nous avons su faire durer l’empire, c’est grâce à une loi juste et appliquée par tous, une organisation rationnelle de l’empire, le tout surveillé par des guerriers sachant se battre en groupe. D’autre part, la Foi envers Regel était encore, avant l’exil, la plus répandu


Voici l’organisation du Culte de Regel :


A la tête : L’Elu divin, qui décide de tout, et dont toutes les décision sont Bonnes

Viennent ensuite des Viktigste, nommé par l’Elu divin lors de son ascension, qui sont chargé de gouverner les différentes parties du royaume, et de faire coïncider les intérêts des cités Etat avec ceux du Culte. 

Viennent ensuite les Biskop, qui sont responsable de la bonne marche de l’Eglise dans une ville en particulier, et souvent sont en étroite collaboration avec le bourgmestre des villes, s’il ne l’est pas lui-même. 

Viennent ensuite les Gydje, qui sont les plus proche des fidèles, et qui peuvent faire remonter les doléances.

Affinités avec la magie
Message le Mar 6 Oct - 23:17 par Admin
Par Hånflir, Historien du culte de Regel


Les magies privilégiées par Regel sont la sphère de la magie élémentaire, et celle du combat.
Re: Regel : Le dieu de la loi
Message  par Contenu sponsorisé
 

Regel : Le dieu de la loi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum du jeu de rôle en ligne Providenz :: Eléments de Background :: La Religion-
Sauter vers: